Jeudi sur la route.

Tassez vous, je pourrais vous envoyer une banane.

Un peu en retard mais j’étais quand même pas pour me priver de belles soirées avec des amis, de toute façon c’est l’intention qui compte.

Donc ouais, j’ai 25 ans depuis le début du mois de juin et jusqu’ici je n’ai jamais eux de permis de conduire (même pas le temporaire). La raison est simple: j’ai jamais vraiment vu l’intérêt de conduire alors que je vis à Montréal. On à beau chialer contre le service irrégulier et les wagons souvent en panne, il reste quand même qu’il est très facile de se déplacer en ville sans véhicule.

Ma plus proche expérience de conduite automobile était la voiturette de golf 6 places à laquelle j’avais accès quand je travaillais au Jardin Botanique: vitesse très limitée, absence de trafic et obstacles rare. Ça me donne quand même une idée des mouvements de base du véhicule et aussi comment gérer l’espace que ça occupait (relativement proche d’une petite voiture normale). Par contre, la vitesse était loin d’être au rendez-vous alors les réflexes sont probablement inapproprié.

Avec ma nouvelle indépendance et responsabilités, je commence à caresser l’idée de passer mes cours et tout le tralala. Je sais qu’à une certaine époque on était pas obligé de prendre certain cours ou quelque chose comme ça mais maintenant tout est rendu obligatoire ET très couteux. On verra bien si je vais finir par me botter le cul. En cas d’obtention du dit permis, j’ai plus l’intention de prendre Communauto plutôt que d’acheter une voiture: j’ai pas vraiment de place de stationnement à l’appartement et j’en ai encore moins à mon travail.

Mardi utilitaire.

Parce que tsé, quelqu’un, quelque part va surement avoir besoin d’une image comme ça un jour.


Vous savez, avec mon travail, j’ai pas toujours le temps de mémoriser tout les éléments qui composent un avion ou un perdrix. Pour régler ce problème, j’ai souvent affaire avec le stock-photo pour m’inspirer et me servir de référence.

Mes recherches m’apportent de drôles de résultats:

Avec la bouffe c’est tout aussi savoureux:

Parfois les images trouvées par le moteur de recherche ont vraiment zéro connexion avec mes critères mais il y a de plus gros enjeux que ça: Qui à décidé que ces images là pouvaient être utilisable? Qui sont ces gens qui posent? Qui se sert de ces images?

Un autre point amusant: prenez la peine de lire les tags que les gens donnent à leurs photos, c’est souvent « handsome » et « good looking » reviennent souvent sans être vraiment justifiable.

En tout cas, je vous invite à m’éclairer ou à partager avec moi des images de ces sources inépuisables de « lulz ».

On fouille sur les internets.

L’autre jour j’me demandais qui pouvait bien avoir réellement besoin d’un moteur de recherche comme page d’accueil. Pas que ça soit mal ou débile mais tsé, t’as toujours une barre de recherche qui vient avec n’importe quel programme d’exploration.

et dans le cas de IE, c’est souvent 4 ou 5 barres de recherche.

Je me souviens que plus jeune, à l’époque ou le programme « Branchons les familles » battait son plein (la seule raison pour laquelle mes parents à l’époque avait acceptez qu’on switch de notre vieux PC qui roulait sur Windows 3.1) ce que le monde se servait surtout c’était la Toile du Québec, Altavista et Yahoo.
Après un petit coup d’œil nostalgique, les 3 ont d’l’air un peu désolé et laissé à l’abandon.

Et vous les gens à la maison, un peu de nostalgie de ces vieux moteurs de recherche? Êtes vous original pour votre page d’accueil ou ben ça tombe platement sur google?

Mardi de retour.


Hey hey, long time no see!

Beaucoup de choses ce sont passées depuis la dernière fois que je vous ai écris. Le 2 juin dernier j’ai écris 2 grosses pages de ma petite histoire: J’ai atteins le quart de siècle et j’habite maintenant mon premier appartement.

Pour ce qui est de l’âge, franchement, ça me semble assez minime comme changement, j’ai pas éprouvé d’angoisse à franchir ce cap symbolique. Tant qu’à moi: one down, three more to go! Par contre on peut dire que je me sens un peu plus « adulte » et moins vulgaire 20-something éternel ados dans le sous-sol de ses parents. Beaucoup de nouvelles responsabilités se sont installées avec ce qui je crois une job qui s’oriente potentiellement en carrière, fini les jobines.

Pour le déménagement ça été un peu plus dur pour le système. Pas tant pour le déplacement des boites: tout ça s’est bien passé. C’est plus au niveau de la réalité du « tout seul ». Célibataire et ayant pas le goût pour la colocation, j’ai décidé que je pouvais bien gérer un 3 ½ par moi-même. Je dirais qu’une chance que mon père et mon frère sont venu me donner un coup de main pour la peinture et les bricolages sinon j’aurais eux une absence de plaisir assez prononcée. J’ai trouvé ça quand même dur de gérer les premières épiceries, les changements d’adresse, les inscriptions aux divers services, etc.

Pour en revenir à la thématique du comic: tout aurait été pas mal plus simple en tant que sim: tout mon mobilier aurait été rentré dans mon inventaire, j’aurais pu passé un beau 20 min dans le menu avec de la musique quétaine à tout placer à mon goût et en cliquant sur mes murs pour tout peindre (comparativement à un marathon de 3 jours pour la peinture). J’aurais pu aussi parler de ballon de soccer, de bandit, de poche d’argent pi de voiture pour connaître le voisinage, en rajoutant 2 blagues, une poignée de main un un câlin fougueux.

Néanmoins, je trouve quand même que je m’arrange pas pire: mes repères sont plus évident, je sais sur quoi je m’enligne, je peux enfin prendre le temps de souffler en revenant du travail et me faire à manger comme du monde.

Sur ce j’espère écrire plus souvent, ça fait travailler les méninges un peu.

Pub et musique.

J’va commencer en disant que j’ai absolument rien contre le fait que des artistes vendent leur musique à des compagnies comme trame sonore de pub parce que veut veut pas, faut ben mettre du beurre sur ton pain. Ça permet aussi à des gens de découvrir des bands, ce qui est pas négligeable quand ya presque pu de canaux qui diffusent de vidéoclips et que youtube les effacent presque tous.

Mon problème vient plutôt au moment où j’écoute ma musique et j’ai la pub qui me pop en tête. Ça veut dire que l’équipe marketing à fait un bon coup, les maudits.

Donc asteur j’écoute du Röyksopp et je pense télé

Et pour Janelle Monae je pense voiture

*ET VOUS À LA MAISON, EN AVEZ-VOUS DES CHANSONS COMME ÇA QUE VOUS NE POUVEZ PLUS DISSOCIER DES PUBS?*

Mardi créatif.


Je dois dire que quand j’ai enfin reçus une tablette, je l’ai essayé pour ensuite la laisser prendre la poussière pendant 3 mois. On était en 2005, ça faisait pas très longtemps que j’avais enfin mon PC à moi ainsi qu’une version piratée de Photoshop CS2. J’étais pas tellement à l’aise avec le logiciel même et je retravaillais des dessins fait au plomb sur des feuilles mobiles, À LA SOURIS.

Une fois la wacom en main, le gros problème était la nouvelle méthode de travail: c’est comme si tu dessinais sur papier sans regarder le crayon, le cerveau panique. Encore là la technique était pas très avancée et j’étais encore à retracer ce que j’avais déjà fait au plomb.

Après environ 1 an et demis à en faire un usage plus intensif, j’ai commencer à prendre goût à faire des dessins directement à l’ordi, délaissant le scanner et les médias traditionnels. Pas mal boiteux au début, j’ai fini par développer quelque chose de plutôt personnel. Il y à quand même une différence avec mon style sur papier mais ça reste quand même propre à mon coup de crayon.

Maintenant je travail Photoshop (avec la vrai licence achetée) seulement à la tablette (mais pas Illustrator, ça je garde les courbes de Bézier et les points d’ancrage pour le track pad hehehe) et ça me sauve tellement de temps, je ne crois pas que je serais capable de réaliser tout ce que je fais au travail avec mes méthodes du début. Le saut à la modernité m’a vraiment permis de pouvoir devenir un illustrateur.

Mardi accueillant.

Image

Je trouve que les salutations sont devenu quelque chose de délicat ces derniers temps: autant le monde se caliss de toi, autant ils vont s’attendre à ce que tu leur dise bonjour.

On s’entend: j’ai presque toujours travaillé dans des magasins: grande surface, boutique, boulangerie, club vidéo. Ces emplois ont tous en commun que la clientèle s’attend à un service courtois et des bonjours et des au revoir. Dans les faits, le monde s’en tabarnak royalement: j’en pognais à longueur de journée qui ne t’adressait même pas un contact visuel ou une réponse. J’en avait même qui te ridiculisait pour avoir été accueillant.

Alors franchement, pour moi « bonjour » ça veut pu tant dire grand chose, on peut ce le mettre dans l’cul.

L’affaire c’est aussi que cette fausse cordialité, c’est imposé plus qu’autre chose. On va te le dire parce qu’on est forcé, pas parce que ça nous tente vraiment.

Malgré mon coeur de pierre et mon amertume, je souhaite quand même lever mon chapeau à la dame qui distribue le journal